Recherche
  • Accueil
  • Archives de la Nef
  • Société
  • Écologie

Changer d'ère, et vite !

Gaultier Bès

Source : La Nef N°294 de juillet-août 2017
«Make Our Planet Great Again ! » La décision de Donald Trump de sortir les États-Unis de l'Accord de Paris a suscité un tollé mondial. Lors de leur rencontre au Vatican, le pape François lui avait donné en mains propres un exemplaire de son encyclique sur « la sauvegarde de notre maison commune », mais il ne l'a manifestement pas lue. Donald Trump a, semble-t-il, préféré prêter l'oreille à son secrétaire d'État, Rex Tillerson, ex-PDG d'Exxon-Mobil, « supermajor » pétrolière, deuxième capitalisation boursière mondiale. Alors que le feu s'étend, le pyromane l'emporte sur le pompier, les intérêts à court terme sur le bien de l'humanité elle-même. D'un côté, l'idole argent (« Ma philosophie, c'est de gagner de l'argent : si je peux forer et gagner de l'argent, alors c'est ce que je veux faire », disait Tillerson en 2013) ; de l'autre la Création menacée : « Que les hommes dégradent l’intégrité de la terre en provoquant le changement climatique, en dépouillant la terre de ses forêts naturelles ou en détruisant ses zones humides ; que les hommes portent préjudice à leurs semblables par des maladies en contaminant les eaux, le sol, l’air et l’environnement par des substances polluantes, tout cela, ce sont des péchés », car « un crime contre la nature est un crime contre nous-mêmes et un péché contre Dieu » (le patriarche Bartholomée, cité par François). D'un côté, le business-as-usuel au profit de quelques-uns ; de l'autre, la conversion écologique pour répondre aux clameurs de la Terre et des pauvres.

Bien sûr, les causes des dérèglements climatiques sont multiples, et tout ne s'explique pas par notre consommation frénétique d'énergies fossiles. Bien sûr, le grand cirque de la COP21, financé par des multinationales aux pratiques douteuses, et fondé sur l'imposture de la « croissance verte » (frénésie productiviste recouverte d'un vernis environnemental), était loin d'être irréprochable. Bien sûr, comme l'a noté récemment un eurodéputé, l'indignation de certains dirigeants européens contre Trump est bien hypocrite quand on sait les petits arrangements au sein de l'UE vis-à-vis des engagements de réduction des émissions de GES. Bien sûr enfin, voir notre nouveau président de la République, candidat du libre-échange globalisé, se faire le héraut de la transition énergétique a quelque chose d'incongru. Reste que le « développement durable », s'il ne rompt pas avec la logique de l'accumulation, vaut mieux que le développement débridé, et qu'à défaut de sortir de l'ère productiviste, il est mieux que rien d'essayer d'atténuer ses dégâts. Les mesures prises pour faire face aux dérèglements climatiques ne sont peut-être pas suffisantes, mais au moins marquaient-elles un début de prise de conscience, laissaient-elles espérer un certain infléchissement. Le désengagement des États-Unis met à mal un effort collectif déjà bien fragile.

« J’ai été élu pour représenter les citoyens de Pittsburgh, pas de Paris ! » La formule fait mouche. Mais elle n'est pas seulement contestable et démagogique, elle est hors sujet : la question climatique concerne Pittsburgh tout autant que Paris, les États-Unis tout autant que le reste du monde. Les dérèglements climatiques, comme les nuages radioactifs, ne connaissent ni frontières ni murs. Le problème se pose à l'échelle de la planète, et à l'ensemble de l'humanité. « Tout est lié » ! Pour « sortir de la spirale d’autodestruction », le pape François affirme ainsi l'urgence d'une action internationale, « fondée sur la solidarité entre tous les peuples » : « Les relations entre les États doivent sauvegarder la souveraineté de chacun, mais aussi établir des chemins consensuels pour éviter des catastrophes locales qui finiraient par toucher tout le monde. » (173).

Pour que la hausse des températures puisse être raisonnablement contenue, et ne pas causer d'innombrables calamités, les pays industrialisés de longue date, au premier rang desquels les 
Page 1 sur 2 1 2 »