Recherche
  • Accueil
  • Archives de la Nef
  • Société
  • Islam, autres religions

Daech en déroute ?

Annie Laurent

Source : La Nef N°295 de septembre 2017
rangs beaucoup de combattants étrangers, y compris des Européens, en manque d’idéal. À présent, l’EI s’effondre au Levant et la mort de son chef, Baghdadi, a été annoncée. Mais l’Irak se trouve confronté à des défis considérables qui compliquent le retour à son unité et à sa stabilité.

Lors de sa visite à Mossoul, Abadi s’est engagé à promouvoir la justice envers tous les citoyens irakiens, quelle que soit leur appartenance ethnique et religieuse, soulignant que « notre diversité est pour nous motif de fierté » (3). Or, l’expérience de l’EI a profondément divisé les sunnites : certains conservent une allégeance à l’idéologie islamiste radicale quels qu’en soient le nom et la forme, attitude qui suscite la méfiance des anti-Daech. Mossoul pourrait donc bien connaître la situation qui prévaut à Fallouja. De 2014 à 2016, cette grande cité sunnite de 400 000 habitants, située à 65 km de Bagdad, a été occupée par Daech qui supplanta alors El-Qaïda (« La Base »), cette organisation matrice du djihadisme, fondée en Afghanistan par Oussama ben Laden, s’étant installée auparavant dans la place pour résister aux troupes américaines. Depuis sa délivrance, Fallouja vit au rythme des bannissements d’ex-collaborateurs ou supposés tels. Ces mesures acceptées par l’État qui en laisse l’application à l’appréciation des tribus locales peuvent être prononcées pour plusieurs générations et toucher des familles entières. En outre, grâce à la corruption endémique qui sévit chez les fonctionnaires irakiens, des terroristes emprisonnés sont libérés contre d’énormes rançons (4).

Par ailleurs, les sunnites de Mossoul redoutent les projets d’installation, dans « leur » ville, de chefs de milices chiites prétextant avoir activement combattu l’EI. Or, ces derniers n’y ont aucun enracinement historique. L’exemple du pays voisin justifie cette inquiétude. En effet, depuis quelques années, des groupes iraniens, appuyés par le Hezbollah libanais, s’établissent en Syrie afin d’augmenter l’influence du chiisme aux côtés du régime alaouite de Bachar El-Assad, contre le sunnisme qui y est majoritaire. En outre, les sunnites irakiens se méfient de leur gouvernement car, à leurs yeux, celui-ci s’appuie trop sur l’Iran, lequel cherche à consolider un axe stratégique chiite de Téhéran à Beyrouth. Il n’est pas anodin que, pour la première fois, Daech ait revendiqué le double attentat meurtrier commis le 7 juin à Téhéran contre le Parlement et le mausolée de Khomeyni. Le problème se posera dans les mêmes termes à Raqqa lorsque celle-ci sera affranchie de Daech. Dans ces conditions, si Abadi ne tient pas ses promesses, on ne peut exclure l’émergence d’un irrédentisme sunnite décidé à créer un État dissident.

À cet antagonisme sunnito-chiite s’ajoute le problème kurde qui a refait surface après la guerre de 2003. Doté depuis 2005 d’une large autonomie au sein de la fédération irakienne, le Kurdistan espère tirer profit du chaos pour obtenir une indépendance complète sur un territoire élargi qui annexerait entre autres le Sinjar. Son président, Massoud Barzani, a annoncé pour le 25 septembre la tenue d’un référendum sur cette question. Mais Bagdad rejette cette décision. Ankara s’y oppose aussi, craignant qu’une telle indépendance n’entraîne la sécession de sa province kurde avec laquelle le président Erdogan est en guerre ouverte.

Quant aux chrétiens chassés de Mossoul et de la plaine de Ninive, leur retour massif, souhaité par le Premier ministre et les patriarches des Églises chaldéenne et syriaque (catholique et orthodoxe) dont ils relèvent, demeure aléatoire. D’abord tout est à reconstruire, ensuite un nombre conséquent d’entre eux ont émigré à l’étranger et, enfin, beaucoup ont perdu confiance aussi bien dans leur État que dans la possibilité d’une vie normale avec leurs compatriotes musulmans, redoutant de surcroît la réapparition des djihadistes. La situation en Égypte, où le régime militaire du maréral Sissi ne 
Page 2 sur 3 « 1 2 3 »