Recherche
  • Accueil
  • Archives de la Nef
  • Culture
  • Histoire

Fesch, le bon larron

François Foucart

Source : La Nef n°284 Septembre 2016
suis jeté aux pieds de Marie et ça va un peu mieux. Dans quelques instants, je vais m'unir à Pierrette pour quelques heures. Je vais réciter une messe de mariage à cet effet (2).
« Voilà, j'ai récité ma messe de mariage m'unissant de toute mon âme à Pierrette qui est maintenant ma femme en Dieu. Je suis en paix, une paix mêlée de tristesse. Je vais d'abord réciter mon chapelet et des prières pour les mourants, puis je remettrai mon âme à Dieu. Ensuite, je méditerai l'agonie de Notre Seigneur au Jardin des Oliviers, mais bon Jésus, aidez-moi !
Bien des années plus tard, un vieux surveillant me dira : « J'ai assisté à l'exécution. Il a été bien le gars. Et toute la journée, c'est rare, ça a été le silence dans la prison… » Il convient d'ajouter que, dans certains cas, la conversion semble un peu fabriquée, apparaît en tout cas dans une situation désespérée comme l'unique branche à laquelle se raccrocher, le seul calme dans la tempête. Parfois même, il s'agit d'un simulacre « pour se faire bien voir » (3). À l'opposé, le trajet spirituel de Jacques Fesch, dans ces tragiques circonstances, est exemplaire et bouleversant. C'est vraiment le bon larron. À tel point que le cardinal Lustiger a ouvert un dossier de béatification (qui a peu de chances d'aboutir, notamment parce que les syndicats de Police s'y opposent).

Enfin, comment oublier ce dialogue – j'étais présent – entre le directeur de la Santé, Hubert Bonaldi, et l'aumônier qui a assisté Jacques Fesch, le Père Jean Devoyod :
–& 8200;« Voyez-vous, Monsieur le directeur, je reste partisan de la peine de mort, parce que si dure soit-elle, elle est une grâce infinie : le condamné est le seul à connaître l'instant de sa mort et à pouvoir donc recevoir le pardon de Dieu et à aller directement au Ciel… »
–& 8200;« Peut-être, mon Père, mais à quel prix, à quel prix…& 8200;»

François Foucart
Ancien visiteur des prisons

(1) Jacques Fesch, Œuvres complètes, Cerf, 2015, 588 pages, 34& 8200;€. On pourra lire aussi :
– Mireille Cassin, Mystique public n°1.& 8200;Jacques Fesch entre ombres et lumières, Cerf, 2015, 210 pages, 19 €.
–& 8200;André Manaranche, Jacques Fesch, du non-sens à la tendresse, Le Sarment/Le Jubilé, 2003, 346 pages, 15& 8200;€.
–& 8200;Gilbert Collard, Assa-saint, Presses de la Renaissance, 2003, 228 pages, 15& 8200;€.
(2) Mariage religieux qui n'avait pas été célébré. De son côté, cette nuit-là, Pierrette lira aussi cette messe de mariage…
(3) Lire Saint Frédo, d'Alphonse Boudard, Flammarion, rééd. 2015. 
Page 3 sur 3 « 1 2 3