Recherche
  • Accueil
  • Archives de la Nef
  • Politique
  • International

Fin du fédéralisme

Paul-Marie Coûteaux

Source : La Nef N°294 de juillet-août 2017
Après les élections de juin au Royaume-Uni, les commentateurs ont insisté sur le revers du Premier ministre, Theresa May. Certes, alors qu’elle escomptait renforcer sa majorité parlementaire avant que ne s’ouvrent les négociations sur le Brexit, elle en sort au contraire affaiblie, et obligée de compter sur les Unionistes irlandais (opposants à toute autonomie de l’Irlande du Nord). Sans doute cet affaiblissement du gouvernement britannique permettra-t-il à Bruxelles d’exiger de plus dures modalités de sortie, de sorte que l’on se dirige vers de probables tensions entre le Royaume-Uni et l’UE, dont nul ne peut conjecturer l’issue. Mais ce scrutin a d’autres leçons.

On relève également une certaine « poussée à gauche », le parti travailliste gagnant 30 sièges. Point d’autant plus notable que l’effet conjugué d’une certaine radicalisation gauchisante du vieux Labour sous la férule de Jeremy Corbyn et de la radicalisation droitière des Tories sur plusieurs sujets de société (renforcée par l’alliance avec des unionistes irlandais très conservateurs sur les mêmes sujets, notamment le mariage homosexuel) annonce une opposition droite/gauche plus dure qu’aux temps du blairisme et du conservatisme mou des dernières années. Mais le succès du parti travailliste partout chanté est amoindri par le revers du parti indépendantiste écossais qui vote souvent avec lui aux Communes : le Scottich National Party (SNP) perd 21 députés : le gain des gauches n’est donc que de 9 sièges.

Surtout, si Mme May tient bon face au rouleau bruxellois, le revers des indépendantistes écossais pourrait être le principal effet d’un scrutin dont l’unité du Royaume sort en fait renforcée. D’abord les unionistes irlandais sont plus sensibles que bien des Anglais au prestige retrouvé de l’Union Jack, que le Brexit a réveillé depuis un an (regain de fierté nationale qui pourrait expliquer que le pays ait atteint 2 % de croissance en 2016, le plus fort taux du G7), et ces opposants à toute union avec l’Irlande du Sud n’auront guère de scrupules, au contraire, à régler la question de la frontière entre les deux Irlande – un des sujets sur lesquels misait Bruxelles pour compliquer le jeu. Ensuite, le recul de l’indépendantisme écossais élimine, au moins à court terme, l’un des principaux obstacles au Brexit ; après le référendum de 2014, dont beaucoup de partisans de « la grande Europe des régions » avaient fait le point de départ du détachement de l’Écosse mais qui se solda par une nette victoire du Non, le revers du SNP sonne le glas des espérances de tous ceux qui misaient sur le démantèlement du Royaume.

Élargissons la question à cette « Europe aux cent drapeaux » que l’on agitait beaucoup à Bruxelles, au tournant du siècle, pour bâtir l’Europe des régions, c’est-à-dire se débarrasser des « vieux États » : or, ce thème pourrait commencer à s’étioler, malgré la faveur dont les médias continuent à l’entourer et les agitations des multiples associations fédéralistes qui encouragent les sécessions régionales à travers le continent, et jusqu’en Roumanie – la plupart subventionnées par le budget fédéral allemand ou celui des Länder. En France, si l’autonomisme breton ou les sécessionnismes corse ou basque n’ont pas disparu, leur intensité à beaucoup diminué, la plupart des organisations ayant été dissoutes ou disqualifiées par les urnes ; que l’on songe par exemple au référendum corse de 2003, qui lui aussi fut négatif : il est loin le temps où Jacques Delors, alors président de la Commission européenne, pérorait : « Peu importe que la Corse soit indépendante ou française, elle sera toujours dans l’Europe » ! Loin, aussi, les spéculations sur la partition belge, donnée pour inévitable voici quinze ans sous la poussée des « flamingands », mais désormais en sommeil – sans être pour autant éteinte. Semblablement, on put croire que l’Italie était sérieusement menacée de partition : mais la 
Page 1 sur 2 1 2 »