Recherche
  • Accueil
  • Archives de la Nef
  • Culture
  • Philosophie

Un énième recyclage de poncifs éventés

Jacques de Guillebon

Source : La Nef N°295 de septembre 2017
de l'île de Rügen qui, au Xe siècle encore, offraient chaque année au dieu Sventovit un chrétien tiré au sort ? Ou encore celui de la Rome qui fit des dizaines de milliers de martyrs chrétiens ? On ne sait plus où donner de la tête parmi cette myriade de sociétés ouvertes, tolérantes et non-violentes de l’Antiquité, qui assurément haussaient l’homme et tiraient le meilleur de lui-même. Comme on regrette qu’elles aient disparu pour se voir remplacer par le doux Jésus et sa charité infinie.

Finalement, tout ceci à quoi l’on est habitué depuis cent cinquante ans resterait anecdotique, folklorique si ne s’y révélait un étrange mouvement de haine de soi, à travers les figures du judaïsme comme du christianisme, que ses auteurs, pour certains venus de nous, reprochent habituellement à leurs ennemis droit-de-l’hommistes. Une chimère, mi-scientiste, mi-fantasmatique, dont le pouvoir n’est que de destruction.
Jacques de Guillebon 
Page 2 sur 2 « 1 2